Organisations Politiques et Economiques Internationales

OTAN : Un nouveau concept stratégique

1046-NATO-lisbon-A

 

 

L’OTAN, pour faire face à de nouvelles réalités, a rédigé et s’est accordée sur un nouveau concept stratégique en novembre 2010 lors du sommet de Lisbonne. L’engagement pris en 2010 sous la forme du concept stratégique par les membres de l’Alliance porte le nom de « Engagement actif, défense moderne. » Par le terme « moderne », l’Alliance s’inscrit clairement dans un contexte international en évolution perpétuelle en se réformant et se restructurant lorsque c’est nécessaire. Les trois tâches principales qui émergent de ce concept sont alors la défense collective, la sécurité coopérative et enfin, la gestion de crise. Le réforme se situe également au centre de ce concept stratégique, de même que l’entretien de relations privilégiées entre les membres évidemment mais aussi avec les partenaires non-membres.

Trois menaces sont identifiées dans ce concept : la prolifération nucléaire, le terrorisme, les cyber-attaques et les grands enjeux environnementaux. En outre, afin de promouvoir la sécurité internationale, l’OTAN entend renforcer ses partenariats. Malgré les nouvelles résolutions prises dans le cadre du dernier concept stratégique, l’Alliance n’en garde pas moins un socle de valeurs solides qui réunit ses membres autour des mêmes idées et des mêmes traditions politiques et militaires.

Quelle est la pertinence/l’utilité de ce concept stratégique au regard des problématiques actuelles? Des stratégies anti-missiles sont déployées aux abords de l’Europe du Sud-Est (notamment la Turquie, la Grèce et les Balkans) parce qu’à portée des missiles de moyenne portée que l’on peut par exemple trouver en Iran et qui constituent une menace pour le continent européen. L’établissement d’un système anti-missile devrait être performant à l’horizon 2018. Cette armada anti-missile n’a évidemment d’autre but que la dissuasion afin de préserver une sécurité globale.

Les cyber-attaques peuvent sembler un peu floues et peuvent apparaître comme des menaces minimes mais elles constituent un véritable danger dont le continent européen et l’Amérique du Nord ont besoin de se prémunir. En effet, par exemple, l’Estonie a subi une grave crise en 2007 dans ses relations avec la Russie et les cyber-attaques qu’elle a subies ont constitué un danger très grave pour ses institutions et son appareil d’Etat. En effet, certains Etats peuvent assurer leur propre sécurité contre des cyber-attaques mais certains autres se trouvent plus démunis face à ce genre de menace, et il est important pour l’OTAN de savoir les aider à s’en protéger, bien qu’il y a quelques années, la défense contre les cyber-attaques ne concernaient que les structures mêmes de l’OTAN et non celles de ses Etats-membres. C’est encore là le signe d’une menace qui progresse et dont la forme évolue et que l’OTAN a su intégrer dans son principe de défense et donc son concept stratégique.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, l’action menée en Afghanistan est considérée au sein de l’OTAN comme un pilier de la lutte. Si les forces de l’OTAN sont restées en Afghanistan même après la disparition d’Al-Qaeda du territoire, c’est pour tenter de laisser derrière eux, après leur retrait prévu en 2014, un Etat afghan fort capable de lutter contre les intrusions terroristes et non un centre d’accueil du terrorisme international qui constituerait alors une vraie menace pour l’Alliance. C’est dans cette direction que l’OTAN tient à signer et entretenir des partenariats avec des pays ne se situant pas dans sa zone géographique.

Cependant, l’OTAN demeure une organisation qui regroupe des Etats-membres et leurs forces militaires. Autrement dit, si les pays membres de l’OTAN décident de ne pas mettre en oeuvre tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger l’Alliance de menaces comme le terrorisme, cela ne relève pas de la capacité de l’OTAN que de les y obliger. Chaque Etat reste responsable de ses forces bien que celles-ci soient présentées comme faisant partie des forces de l’OTAN. C’est là tout l’enjeu du concept stratégique : toutes les décisions sont prises en avance et d’un commun accord afin d’assurer une stratégie collective pour répondre aux enjeux et présenter une stratégie de défense face aux menaces que l’Alliance peut être en passe de subir.

Sources : « Le concept stratégique », site Web de l’OTAN, « Le concept stratégique de l’OTAN à l’épreuve du réel (1/3) », Le Monde, 28.12.2012

Be Sociable, Share!

Comments are currently closed.