Organisations Politiques et Economiques Internationales

I-3-c) Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) – ONU

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (ONUESC ou UNESCO en anglais) est une institution spécialisée du système des Nations Unies née des décombres de la plus effroyable guerre que le monde ait connue. La guerre devait céder une bonne fois pour toutes la place à une paix fondée sur l’action concertée des Etats afin d’empêcher le recours à la force pour régler les différends. La Conférence des Nations Unies pour l’établissement d’une organisation éducative et culturelle (ECO/CONF) tenue à Londres du 1er au 16 novembre 1945 marque la naissance de l’UNESCO. A la fin de la conférence, vingt de ces Etats confirment l’Acte constitutif et deviennent alors les Etats fondateurs de l’UNESCO. C’est une organisation s’occupant de relations culturelles et ayant pour objectif de « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culturela collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples » d’après son acte constitutif. En bref, l’UNESCO crée une sorte de plateforme de discussion entre les civilisations, les cultures et les peuples fondée sur le respect de valeurs partagées par tous. Ceci afin de parvenir à des conceptions de développement durable, de respect des droits de l’homme, de respect mutuel et de la réduction de la pauvreté. Les compétences uniques de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture, de la communication et de l’information contribuent à la réalisation de ces buts tels qu’énoncés dans les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Les deux principaux objectifs de l’UNESCO pour le moment sont axés sur l’Afrique et l’égalité des sexes.

Le siège de l’UNESCO se situe au 7/9 place de Fontenoy, dans le 7ème arrondissement de Paris, en France; et a à sa tête la bulgare Irina Bokova, dixième directrice générale de l’institution. L’organisation compte 195 Etats membres en 2011 et 8 membres associés.

Pour mener à bien ses missions, l’UNESCO possède trois organes directeurs qui sont: « la Conférence générale »,  « le Conseil exécutif » et « le Secrétariat ».

Le premier organe se compose des représentants de tous les Etats membres de l’Organisation et les réunit chaque deux années. La Conférence générale détermine l’orientation et la ligne de conduite de l’UNESCO. Elle adopte un budget et un programme pour les deux années suivantes. Elle élit les membres du conseil exécutif et nomme, tous les quatre ans, le directeur général. Les langues de travail de  la Conférence générale sont l’anglais, l’arabe, le russe, le chinois, le français et l’espagnol. Les Etats non membres, des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales ainsi que des fondations peuvent assisers à la Conférence en tant qu’observateurs.

Le second organe (le Conseil exécutif), est une sorte de conseil d’administration de l’UNESCO. Il prépare le travail de la Conférence générale et veille à ce que ses décisions soient bien exécutées. Ses fonctions découlent essentiellement de l’Acte constitutif et des règlements ou directives établis par la Conférence générale. Tous les deux ans, la Conférence générale confie au Conseil des tâches spécifiques. D’autres tâches peuvent découler d’accords conclus entre l’UNESCO et l’ONU, les institutions spécialisées et d’autres organisations intergouvernementales. Ses 58 membres sont élus par la Conférence générale pour quatre ans. Le Conseil se réunit deux fois par an.

Enfin, pour ce qui est du Secrétariat, le directeur général place à la disposition du Conseil exécutif un membre du personnel chargé d’assister le conseil en qualité de secrétaire. Le secrétaire du Conseil exécutif:

  • assiste le président,
  • prépare toutes les réunions du conseil et de ses organes,
  • assiste à toutes les réunions,
  • enregistre les décisions,
  • veille à l’établissement des procès-verbaux,
  • veille à la traduction des documents et des procès-verbaux,
  • veille à la distribution des documents aux membres du Conseil,
  • assure l’exécution des travaux dont le président du Conseil le charge,
  • établit et tient à jour les archives du Conseil,
  • prépare la publication des décisions du Conseil.

Le Secretariat comprend le Directeur général et l’ensemble du personnel qui se répartit en deux catégories: postes du cadre organique et postes du cadre de service et de bureau. Mi-2009, le personnel comptait environ 2000 personnes originaires de 170 pays. Plus de 700 personnes travaillent dans l’un des 65 bureaux de l’UNESCO répartis dans le monde.

 

Parmi les actions notables de l’UNESCO, on peut citer son travail de lutte contre le racisme et la discrimination par le biais de la recherche, de divers instruments normatifs et de programmes et de projets opérationels (la conférence mondiale de 2001 en Afrique du Sud sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérence qui y est associée est intervenue à un moment où la communauté internationale fait non seulement face à l’éclatement des violent conflits inter-ethniques dans plusieurs parties du monde mais aussi à l’émergence de nouvelles formes de discrimination liées à la mondialisation et au progrès de la science et de la technologie); son projet dans le secteur de l’éducation (en 1948, proposition d’instituer un enseignement primaire obligatoire, gratuit et universel); ses efforts dans le domaine de la culture (campagne de Nubie en 1960 qui visait à déplacer le Temple Abou Simbel pour le sauver des eaux montantes du Nil après la construction du barrage d’Aswan); dans le domaine des sciences, en 1968, l’UNESCO organisa la première conférence inergouvernementale visant à la réconciliation de l’environnement et du développement, questions toujours d’actualité dans le domaine du développement durable. Le principal résultat de la conférence a été la création du Programme sur l’homme et la biosphère. Dans le domaine de la communication, lors de l’immédiat après-guerre, les activités de l’UNESCO ont été concentrées sur la reconstruction et les besoins des moyens de communication de masse partout dans le monde.

Afin d’être efficace sur toutes sortes de missions relevant de son centre d’intérêt, l’UNESCO engage des relations avec des organisations non gouvernementales (371 ONG), ou encore des fondations et institutions (au nombre de 22) participant à la coopération internationale dans les domaines de l’éducation, de la science, de la culture, et de la communication). En dehors de ce cadre, l’UNESCO entreprend toute une série d’activités avec des ONG, non seulement aux niveaux international et régional, mais aussi au niveau national.

 

Références:

Bibliographie:

Paul REUTER et Jean COMBACAU, « Institutions et relations internationales« , Presses Universitaires de France, collection « Thémis », Paris, 1980, 528 p.

Webographie:

http://www.unesco.org/new/fr/unesco/about-us/who-we-are/introducing-unesco/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Unesco

http://www.unesco.tg.refer.org/propos/historique.html

http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/fight-against-discrimination/

http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=32906&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

 

 

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

, ,

Comments are currently closed.